Communauté de Paroisses Saint Remi de Forbach-Oeting

Aller au contenu

Menu principal :

Feuillet paroissial
annonces du 6 au 19 mai 2019


Presbytère Saint Rémi
22, rue de l’église 57600 FORBACH

Secrétariat paroissial
du lundi au vendredi de 14h à 17h
Téléphone : 03 87 85 01 73
Contact: paroisse.st.remi@wanadoo.fr
site Internet : cathoforbach.fr
------
Présence d'un prêtre pour les confessions:
les vendredis de 17h45 à 18 heures
à l'église St.Rémi


La joie chrétienne est une joie profonde !

Quand saint Jean écrit son évangile, ça fait déjà plus de 60 ans que Jésus est mort et ressuscité, 60 ans que les chrétiens se réunissent chaque dimanche, premier jour de la semaine, pour fêter la présence du Christ parmi eux. Dimanche après dimanche, ces rencontres apportent la joie, la paix et le don de l’Esprit Saint.
La joie pascale, la joie chrétienne est une joie profonde. Non pas la joie que nous ressentons tout naturellement quand tout va bien, quand nous sommes en bonne santé, pleins de projets, de vitalité, quand nos relations avec la famille, les amis, les collègues sont plaisantes et agréables. La joie de la résurrection, c’est celle qui vient lorsque tout semble mal tourner, avec la souffrance, la maladie, l’angoisse, la peur, le désarroi. C’est la joie fondée sur la confiance que nous avons en Jésus mort sur la croix et ressuscité le jour de Pâques. Cette joie apporte avec elle une paix profonde.
Au soir de la résurrection, dans l’évangile de Jean, le Christ donne son Esprit à ses disciples et donc à nous aussi, pour que nous puissions remplir la mission qu’il nous a confiée : « Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie » (Jn 20, 21). C’est une invitation à sortir de nos habitudes et à vivre son message d’espérance et de vie nouvelle, dans notre monde d’aujourd’hui. Nous sommes envoyés pour rendre notre environnement plus fraternel, plus humain, plus chaleureux.
« Jésus souffla sur eux et leur dit : « recevez l’Esprit Saint » (Jn 20, 22). Ce geste symbolise la création des temps nouveaux, inaugurés par la mort et résurrection du Christ. Il rappelle le geste de création lorsque Dieu insufflât la vie à l’être humain en partageant avec lui son souffle vital. L’être d’argile devint alors un être vivant.
Nous sommes porteurs du souffle du Christ, de son Esprit, de ses valeurs. Nous sommes même plus, puisque saint Paul dira que nous sommes « le Corps du Christ, le Temple de l’Esprit...» (1 Co 6, 19).
Quel beau mandat que cette mission de Pâques, mais combien difficile dans un monde d’aujourd’hui…
Le temps de Pâques est un moment privilégié où chaque communauté doit s’engager à retrouver la fraîcheur du mouvement chrétien à ses origines. Elle doit aussi s’interroger sur le témoignage de joie et de paix qu’elle donne et accueillir le don de l’Esprit Saint pour remplir davantage notre mission d’annoncer le Christ, d’être des disciples-missionnaires là où nous vivons.







Le Saint du Jour :
Vous êtes le ème visiteur. Merci

Nombreux sont les paroissiens et les personnes de passage qui ont témoigné leur reconnaissance pour les belles célébrations de cette Semaine Sainte.
Merci à tous les prêtres qui depuis les Rameaux jusqu’au lundi de Pâques nous ont permis de vivre intensément ces temps forts.
Merci à tous ceux et celles qui ont participé et préparé.
Merci aux personnes qui ont fait le ménage, qui ont fleuri nos églises, qui ont préparé les églises, qui ont plié et distribué les feuilles de chants….
Merci aux chorales qui ont animé les célébrations.
Merci aux servants d’autel.
Merci à ceux qui ont organisé le chemin de croix qui a mobilisé tant de monde !
Merci pour la disponibilité de chacun…
Merci aux familles venues avec leurs enfants, l’Eglise de demain !
Les prêtres témoignent eux aussi de leur joie d’avoir pu célébrer dans toute la Communauté de Paroisses de belles liturgies magnifiquement préparées.

LES JEUNES, LA FOI et le discernement des vocations
"Il vit, le Christ, notre espérance et il est la plus belle jeunesse de ce monde." Ainsi débute la dernière exhortation du pape François qui est une occasion inédite - mais urgente - de mettre en avant ce que la jeunesse a de bon, ce qu’elle peut apporter au monde et à l’Eglise et ce que les jeunes peuvent accomplir, si on leur en laisse l’occasion. "Ne soyez pas des touristes." "Ne soyez pas des photocopies." "Faites du bruit!" C’est en ces termes que le pape François demande aux jeunes d’investir le monde et de s’engager pour les autres. Il les invite aussi, dans le tout dernier chapitre, à discerner leur vocation. A comprendre que Dieu a un plan merveilleux pour chacun d’eux. Et que cet appel vocationnel peut se réaliser en fondant une famille, par le travail et aussi, il ne faut pas l’oublier, dans la vie consacrée. Le pape François soutient que la jeunesse est un don, un état d’esprit à cultiver, mais qu’elle est aussi menacée notamment par des idéologies qui rendent esclaves.
Pour François, il était impératif de redire aux jeunes "Dieu t’aime. N’en doute jamais, quoiqu’il arrive dans ta vie." Il leur demande aussi de se laisser sauver par le Christ, qui n’est pas seulement venu sauver les hommes il y a deux mille ans mais qui vit aujourd’hui et ne demande qu’à être leur ami. Pour ne pas manquer ce rendez-vous d’amitié, François donne ce conseil aux jeunes : "Fais attention à ce que ta connexion avec le Seigneur reste active."
Les jeunes ont aussi un rôle important à jouer pour relever l’Eglise. "Ce sont précisément les jeunes qui peuvent aider [l’Eglise] à rester jeune, à ne pas tomber dans la corruption, à ne pas s’installer, à ne pas s’enorgueillir, à ne pas se transformer en secte, à être plus pauvre et davantage témoin, à être proche des derniers et des marginalisés, à lutter pour la justice, à se laisser interpeller avec humilité." C’est pourquoi, selon le pape François, il faut créer plus d’espaces où résonne la voix des jeunes. Et notamment travailler sur la pastorale des jeunes qui doit être plus populaire. Cela signifie qu’elle doit toucher tous les jeunes, peu importent leurs origines, leur situation sociale et économique, ou spirituelle. Le plus important pour François est que chaque jeune "ose semer la première annonce dans cette terre fertile qu’est le cœur d’un autre jeune" sans tomber dans le prosélytisme ni verser dans l’élitisme. Deux autres aspects qui sont également à développer : la conscience que c’est toute la communauté qui les évangélise et l’urgence de donner une place plus importante aux jeunes dans les propositions pastorales. La Pastorale des jeunes doit aussi s’inscrire dans une dynamique synodale pour que les jeunes soient libres de rechercher de nouveaux chemins avec créativité et audace. Le pape achève sa lettre par ces mots : "L’Eglise a besoin de votre élan, de vos intuitions, de votre foi. Nous en avons besoin ! Et quand vous arriverez là où nous ne sommes pas encore arrivés, ayez la patience de nous attendre."

 
Retourner au contenu | Retourner au menu